Top
Title
 / Histoire des lois du jeu  / 1976 : Saint-Étienne et la légende des poteaux carrés de Glasgow.

1976 : Saint-Étienne et la légende des poteaux carrés de Glasgow.

Le 12 mai 1976, l’AS Saint-Étienne joue à Glasgow la finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions contre le Bayern de Munich… le double tenant du titre. Par deux fois les stéphanois vont toucher du bois. À la 34e minutes Dominique Bathenay frappe de loin sur la transversale ; puis à la 39e minute Christian Sarramagna adresse un centre millimétré pour Jacques Santini qui coupe la trajectoire de la tête au premier poteau mais le ballon vient de nouveau mourir sur la barre.

Un billet 2 livres = moins de 20 francs = 3 euros!

Comme pour Reims contre le Real Madrid en 1956 et 1959, la chance de Saint Etienne est passée. Le gardien allemand Sepp Maier, champion du monde en 1974, est sauvé deux fois par ses montants… des poteaux carrés qui feront couler beaucoup d’encre ! En effet, le journaliste Pierre Cangioni qui commente en direct le match, s’étonne de ses montants carrés…car toute la saison on joue avec des poteaux ronds en France ! Avec des poteaux ronds, les buts seraient peut-être rentrés… la naissance d’une vraie légende celle de la disparition des poteaux ronds !

Petite histoire des poteaux de buts

À l’origine, les tables de la loi, rédigées par la Football Association en 1863, mentionnent que « Les buts seront définis par deux poteaux dressés ». Ni la forme ni les dimensions des poteaux, ne sont spécifiées. Le Board, crée en 1886, va progressivement règlementer cette question à l’aide d’une série de décisions.

Le Board indiqua avec précision dès 1895 l’épaisseur maximum des poteaux de but et de la barre transversale : 5 pouces (12 cm). Une tolérance est apparue en 1966 : les poteaux et la barre peuvent être compris entre 4 pouces et 5 pouces.

Histoire des lois du jeu 1863-2015

Pour la matière, les archives ne permettent pas d’affirmer que le métal a remplacé le bois, mais plutôt que ces matériaux sont utilisés alternativement. Dès 1920 une entreprise de Nottingham fabrique des montants métalliques rond, mais les poteaux carrés en bois resteront majoritaires jusque dans les années 1960.

À partir de 1967, d’autres matériaux peuvent être employés à condition d’être approuvés par le Board. Cette même année, le Board inspecte et accepte un échantillon de poteaux de but en fibre de verre, utilisés en Norvège.Aujourd’hui, pour des raisons de sécurité la résistance des buts est testée, les ancrages vérifiés ainsi, dans la pratique, les structures en bois disparaissent au profit du métal.

Poteaux carrés ou ronds ?

En apparence, une première transformation semble se dessiner avec des poteaux carrés et en bois jusque dans les années 70, puis ensuite ronds et métalliques. Dans la mémoire collective il est évident qu’en 1976, les montants et la barre transversale des buts étaient carrés à Glasgow pour la finale de la coupe d’Europe entre St Etienne et le Bayern de Munich ! Les deux tirs sur la barre des Stéphanois avaient fait couler beaucoup d’encre « Si les poteaux étaient ronds, les buts seraient peut-être rentrés ». D’un point de vue scientifique et balistique, cela n’a jamais été démontré, mais pour la finale suivante, en 1977 entre Liverpool et Mönchengladbach les poteaux étaient devenus ronds. Une analyse plus fine, avec l’observation des photos ou des gravures laisse apparaître une réalité beaucoup plus complexe et une alternance de la forme des poteaux.

Juste en se penchant sur les gravures et les photos proposées par Louis Bédarieux (2008, Le Foot de Papa. Paris, Terres éditions), les poteaux sont ronds en 1868, 1890, 1924, 1930, 1938, 1958, 1966, 1970, 1982, 1984. Par contre on observe des poteaux carrés : 1892, 1906, 1921, 1929, 1930, 1936, 1937, 1838, 1940, 1950, 1955, 1969.

Ronds et Carrés à la fois pour la Coupe du Monde de 1938 en France !

« En 1938, l’année de la Coupe du monde à Paris, ils sont ronds au Parc des Princes et carrés à Saint-Ouen et à Colombes. L’étude des archives du Board confirme cette observation ».

En effet, le Board en 1966 précise que « les poteaux et la barre transversale doivent être de forme carrée, rectangulaire, rond, demi-rond ou elliptique ». Aujourd’hui la forme reste libre : carrée, ronde ou ovoïde.

La cible peut donc revêtir des formes et des natures de matériaux différentes conformes aux règlements. Par contre la couleur des poteaux est impérativement blanche depuis 1988. Cette décision fut adoptée pour réagir contre les demandes d’utilisation de poteaux jaunes !

Les poteaux carrés de Glasgow au Musée des verts !

Les poteaux carré!

Les fameux poteaux carrés des buts en bois de Glasgow existent toujours. Ils ont dans un premier temps servi à décorer un pub de la ville de Glasgow, puis ils sont revenus dans le temple du football écossais… avant de terminer en France. En effet, pour entretenir durablement cette légende, , ils sont aujourd’hui exposés au Musée des Verts, situé au pied du stade Geoffroy-Guichard. Cette pièce maîtresse et légendaire avait été rachetée pour 20 000 euros en 2013 !

Musée des verts

La finale de la Coupe d’Europe des clubs Champions de 1976 : La fiche du match.

Finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions, à Hampden Park (Glasgow), le mercredi 12 mai 1976. Bayern Munich – Saint-Etienne (1-0).  But : Roth (57e). Spectateurs: 63 269. Arbitre : M. Palotaï (Hongrie)

Bayern Munich : Maier – Hansen, Schwarzenbeck, Beckenbauer, Horsmann – Durnberger, Roth, Kapellmann, – Hoeness, Müller, Rumenigge. Entraîneur : Dettmar Cramer

AS Saint-Etienne : Curkovic – Janvion, Piazza, Lopez, Repellini – Bathenay, Larqué, Santini – P. Revelli, H. Revelli, Sarramagna (Rocheteau 83e). Entraîneur : Robert Herbin

No Comments

Post a Comment