Top
Title
 / Histoire des lois du jeu  / Pour ou contre la VAR ? Le point de vue de Clément TURPIN.

Pour ou contre la VAR ? Le point de vue de Clément TURPIN.

POUR la VAR… Clément Turpin, arbitre numéro Un français se présente comme un fervent défenseur de cette l’Assistance Vidéo à l’Arbitrage !

Pour ne pas rester dans le cercle fermé des opposants à l’assistance vidéo, mon choix pour la préface de mon ouvrage VAR ? Le Miroir aux alouettes c’est orienté vers un partisan de la VAR et surtout vers un acteur qui a vécu et subi cette mise en place de la vidéo assistance.

Clément Turpin, est arbitre international depuis 2009, arbitre élite de l’UEFA depuis 2015 et il a officié depuis dans toutes les plus grandes compétitions, notamment la Coupe du Monde 2018 et le championnat d’Europe 2021. Il était aussi au sifflet lors de l’historique finale de Ligue Europa disputée le 26 mai 2021 (Villeréal- Manchester United 1-1, 11 tab à 10) !

J’ai rencontré Clément Turpin lors du colloque « Football & Recherché » organisé à Grenoble, en mai 2010, par Association des Chercheurs Francophones en Football,lors des premiers pas de ma recherche sur les Lois du Jeu. Je me souviens lui avoir envoyé mes deux premiers ouvrages…

Un grand merci à Clément Turpin, d’avoir joué le jeu de la préface, relevé ce défi avec brio, sans langue de bois et avec beaucoup de subtilité ! Voici le papier que j’ai eu la surprise de recevoir le 11 octobre 2020 !

« Émotions, technologies et justice : des ingrédients au service du jeu ! »

« Ludovic Tenèze a consacré son premier livre aux règles du football, à leur histoire, leurs évolutions et leurs débats concourant ainsi au devoir de connaissance et de mémoire autour de ce qui devrait être la boussole de millions de pratiquants et d’amoureux du foot : Les lois du jeu.

Ces lois et leur application ont toujours animé les débats, ceux du comptoir bien sûr, mais aussi ceux des spécialistes et des acteurs du jeu : Faute ou pas Faute ? Main volontaire ou involontaire ? Hors-jeu « de position » ou vrai hors-jeu ? Passée l’étape fugace de l’émotion et des opinions personnelles légitimes, les plus rigoureux se tournent alors vers le cadre de référence : « Que disent les lois du jeu ? ».

À l’instar de ce qui se passe dans la vie de tous les jours finalement où, en cas de questionnement, et surtout de litige, la bonne attitude pour le trancher c’est de se référer aux lois et aux règles.

Depuis de très longues années, le foot suit l’évolution sociétale, économique et technologique de nos sociétés, ni plus vite ni moins vite. Les ballons ont changé, les stades aussi, le foot féminin se développe, le foot en salle est arrivé… Chaque période de l’histoire du football a laissé dans les lois du jeu une trace des innovations de l’époque en poursuivant un double objectif : d’une part la recherche constante d’une amélioration de la pratique de ce sport en le rendant plus rapide, plus sûr, plus fluide, plus protecteur des joueurs ; d’autre part la volonté, sans le dégrader, de conserver l’esprit simplissime, très humain et donc universel, de sa pratique et la nature des émotions et du plaisir qu’il suscite et qui lui sont essentiels.

Ludovic Tenèze, au travers de cet ouvrage, prend le temps de décortiquer les mutations technologiques, principalement « télévisuelles », qui ont jalonné l’histoire la plus récente du sport et notamment celle du football. Il montre que la question du rapport et du dialogue à la technologie et à l’image ne date pas d’aujourd’hui.

Mais aujourd’hui, un nouvel élément vient « bousculer » cette histoire et enflammer les discussions : les lois du jeu ont introduit un nouvel outil essentiellement technologique à disposition des arbitres pour aider à plus de justice sur quelques situations précises : la VAR.

Notre problématique exige de faire cohabiter « justice » et « émotion – plaisir ». Une justice qui demande nécessairement du temps, de l’analyse, de la quantification, de la réflexion et de la sérénité. Des émotions et du plaisir qui, au bout du compte, se veulent immédiats, instinctifs, puissants, voire subversifs. Voilà finalement l’équation à résoudre pour nous les arbitres, à chaque match, mais plus globalement pour notre sport. Mais n’est-ce pas aussi celle de tous footeux ?

Pour « être juste », il faut du temps. Du temps pour analyser, du temps pour mesurer, du temps pour échanger, du temps pour rectifier et au final du temps pour « décider le juste ». Mais ce temps est une denrée rare pour un arbitre à qui l’on demande, « sur l’instant », de « décider du juste ». « Sur l’instant » impose inévitablement une marge d’erreur.

De l’autre côté, « les émotions » sont à la fois le cœur, les poumons et, de mon point de vue, l’ensemble des organes vitaux du football. Le foot est beau car il est assis sur un magma de bonheur, de cruauté, d’enthousiasme, d’émerveillement, de désespoir, de folie, d’exaltation… « Que d’émotions ! » n’est-elle pas l’expression qui accompagne nos souvenirs de tant de matchs mémorables !!! Voilà ce que le foot nous procure à nous tous, joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters, parents, enfants, observateurs et arbitres bien sûr.

La VAR introduit une interface, un corps « étranger » dans la conception que nous, les arbitres, avons de notre rôle et son exigence de rapidité mais, de fait aussi, dans le rapport que tous les acteurs et amoureux du foot ont avec ce jeu.

C’est ce « chassé-croisé » que retrace Ludovic Tenèze et qu’il m’a demandé d’introduire en quelques lignes avec cet œil unique qu’est celui de l’arbitre, seul à assumer cette « marge d’erreur humaine » partie intégrante du foot, le sport le plus passionnant et le plus fou du monde.

Merci donc à Ludovic Tenèze de nous aider, au travers de ce livre, à éclairer ces débats, à mieux les comprendre et à leur donner sens, et peut-être à les projeter dans l’avenir afin de préserver les valeurs universelles de ce sport.

Bonne lecture… et bons matchs ! »

Clément Turpin Préface de VAR ? Miroir aux alouettes

No Comments

Post a Comment