Top
Title
 / Histoire des lois du jeu  / 1886 Création du Board, l’organe décisionnaire des lois du jeu.

1886 Création du Board, l’organe décisionnaire des lois du jeu.

Pour beaucoup la FIFA, gère et contrôle tout ce qui concerne le football le football mondial ! Pourtant, c’est bien l’International Football Association Board (IFAB), surnommée le Board, une institution traditionnelle qui est responsable des lois du jeu du football depuis la fin du XIXe siècle.

Les quatre associations britanniques sont créés entre 1863 et 1880 (Football Association, en 1863, Scottish Football Association en 1873, Football Association of Wales en 1876, et l’Irish Football Association en 1880). Elles se réunissent pour la première fois en 1882, lors de la conférence internationale de Manchester, dirigée par le Major Francis Marindin, président de la Football Association. Il fut décidé d’organiser un championnat international pour la saison 1883-1884, d’uniformiser les règles et de confier à un organisme indépendant le rôle de surveillant des règles du jeu. Ce dernier est créé le 2 juin 1882 et pour Astolfo Cagnacci (1998, Pays du Foot. Une passion et des styles. Paris, Autrement.) il va« accompagner les premiers pas du Home International Championship, compétition regroupant les sélections nationales d’Angleterre, d’Écosse, du Pays de Galles et d’Irlande ». Il s’agit d’une instance internationale avec une compétence particulière « en charge d’instituer et de dire un droit spécifique qui régit, en dehors du droit commun, les pratiques sportives » (Chartier, 1994). Quatre ans plus tard jour pour jour, cette instance donnera naissance au Board, qui tiendra sa première réunion à Londres le 2 juin 1886.

Les statuts du Board fixent le nombre de représentants des associations membres et le quorum nécessaire pour prendre une décision. L’évolution des voix attribuées à chaque association révèle un jeu de pouvoir et d’influences multiples.Cette commission était à l’origine en 1886 composée de deux représentants de chacune des quatre associations du Royaume-Uni. Un pouvoir partagé équilibré, avec un fonctionnement a priori démocratique, pour un football joué entre Britanniques.

En 1913, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) créée en 1904 devient membre du Board. Chacun des cinq membres possède deux représentants et autant de voix. Cette répartition permet aux associations fondatrices de contrôler le Board, et de conserver la possibilité de bloquer à elles seules une proposition de la FIFA. Cette dernière gère le football mondial et les compétitions internationales, avec notamment l’organisation de la Coupe du monde de football depuis 1930. Son influence ne cessera de croitre au fil du XXe siècle avec notamment l’augmentation du nombre des associations nationales affiliées. Ce développement est, en partie, pris en compte dans les statuts du Board en 1967. Les membres possèdent désormais quatre représentants et un nouveau système de vote est adopté : chacune des quatre fédérations britanniques ne dispose plus que d’une seule voix, et la FIFA se voit attribuer quatre voix. Une majorité de six voix est nécessaire pour l’adoption d’une nouvelle mesure.

Les associations membres choisissent elles-mêmes leurs représentants, qui sont automatiquement cooptés par le Board. Ces représentants sont les membres éminents des associations (Président, vice-président, secrétaire). La stabilité des représentants est la seule exigence du Board, qui a rappelé en 1905, sa volonté de ne pas les changer trop souvent pour faciliter le travail de concertation et d’harmonisation lors des réunions successives. Cette demande a été entendue, Stanley Rous a participé pour sa part à plus de trente réunions du Board.

Il fut décidé dès l’origine, que les associations assumeraient, à tour de rôle, la responsabilité d’accueillir cette réunion. L’ancienneté de l’association permettait de déterminer l’ordre d’alternance : Angleterre, Écosse, Pays de Galles, puis Irlande. Un ordre immuable… perturbé par l’entrée de la FIFA en 1913, avec un premier meeting tenu à Paris le samedi 14 juin 1914. Le tour de la FIFA, dernière association créée en 1904, vient logiquement après celui de l’Irlande, et la réunion se déroule sur le territoire d’une des associations nationales affiliées à la FIFA. Cette nouvelle périodicité de 5 ans sera modifiée dans les années 1950, sous l’influence de la FIFA. Avec l’impact de la Coupe du monde, il fut décidé d’organiser l’Assemblée Générale Annuelle du Board sur les lieux même de la compétition. Par exemple en 1954, elle s’est tenue le samedi 19 juin à Berne en Suisse.

Le Board organe décisionnaire des lois du jeu

Les associations britanniques fondatrices, du Board, ont délégué la responsabilité des lois du jeu à cette institution internationale chargée du processus d’unification des règles et de leur application. Le Boarddemeure depuis 1886, le seul organe décisionnaire des lois du jeu. Ses statuts de 1993, rappellent que «le but du Board est de discuter et de décider des modifications posées aux lois du jeu et toute autre question relative au football association. Celles-ci doivent être soumises au Board après avoir été examinées lors des assemblées générales annuelles ou lors d’autres assemblées ad hoc tenues par les associations formant le Board, par les confédérations ou les associations membres ».

Depuis la première réunion en 1886 « The first meeting of the International Football Association Board »,le Board se réunit chaque année. L’Assemblée Générale annuelle, en présence des délégués des fédérations membres est consacrée à l’étude des lois du jeu. Le compte rendu, le « Minutes of the Annual General Meeting », est rédigé par le secrétaire, et sera à la fois diffusé aux associations membres, et selon les statuts de 1993, consigné dans le livre officiel des procès-verbaux qui sera remis à l’association organisant l’assemblée suivante.

L’étude des archives montre que le Board prend des décisions de deux types : changer ou non la loi, et expérimenter ou non une nouvelle règle. Dans ce cas, l’aval du Board est donné dans le cadre d’une compétition précise ou d’un match amical, avec une durée générale maximale de 3 saisons.

Les statuts du Board de 1993 confirment que les confédérations et les associations nationales ne peuvent pas apporter de modifications aux lois du jeu à moins que le Board les ait approuvées. Les lois du jeu s’appliquent à tous les niveaux du jeu, principe rappelé en 1995 par Sir Bert Millichip au nom de la Football Association. Il est d’avis qu’il est important de continuer d’en tenir compte pour les évolutions futures. La nouvelle version du règlement de 1997permet seulement aux associations nationales d’adapter les lois du jeu (dimensions du terrain et de la cible, taille du ballon, durée du match et nombre de remplaçants) pour les catégories de jeunes, de vétérans et pour le football féminin.

Les quatre membres britanniques fondateurs du Board sont toujours présents et le cinquième membre, la FIFA, a fêté son centenaire en 2013 ! Institution ô combien conservatrice, depuis un siècle aucune autre association n’a été admise au Board. Les lois du jeu échappent donc en grande partie au pouvoir de la FIFA, qui représente plus de 200 associations nationales. Pour résumer la situation, quatre associations britanniques ont autant de poids et de pouvoir au Board que 200 associations nationales ! Les inventeurs du jeu gardent le pouvoir, cependant l’influence exercée par la FIFA sur les lois du jeu est de plus en plus forte… mais c’est une autre histoire.

Extraits de 150 ans de Football. Histoire des Lois du Jeu Ludovic Tenèze (2015). Édition Raison et Passions.

No Comments

Post a Comment